Les paroles de quelques unes des chansons de l'album avec parfois des traductions et/ou des commentaires de Louis-Jacques.

  1. An daou gamerad fidel
  2. As I roved out
  3. Bemdez bemnoz
  4. Kemenerien Pontivy
  5. Willy Taylor
  6. Merc'hed Keriti
  7. Braw burn the bridges

An daou gamerad fidel

Na daou gamerad fidel  laret n eil d'egile
Dond a rit-u kamerad, deomp hon daou da vale

 

Dond a rit-u kamerad, deomp hon daou da vale
Deomp da welet ma mestrez ha ho hini ivez

 

Deomp da welet ma mestrez hag ho hini ivez
Deomp da wel Mari-Jozeb zo chom en Kozh Korle

 

Nag an amzer oa ken brav hag al loar a oa sklaer
Aet e oam en ur ganañ betek lost all ar gêr

 

Ellet pe oam arriet, me a m'oa rimerket
E oa lac'het ar gollo, aet an dud da gousket

 

E oa lac'het ar gollo, aet an dud da gousket
Oa ket ken war ar vale met ar galimanted

 

Oa ket ken war ar vale met ar galimanted
Petramant paotred yaouank o vond da weled merc'hed

 

Me lare d'am c'hamerad, tevet n'em dourmantomp ket
kar pe skoin war an nor deomp ni vo digoret

 

kar pe skoin war an nor un daou pe un tri dol
Neuse teui an hini gozh  da zigeriñ an nor

 

Ni  oa daou ganfard yaouank karget braz a spered
n'on antreal barzh an ti, bonsoir a meump lared

 

n'on antreal barzh an ti, bonsoir a meump lared
Ha  goulenn gant ar re-gozh ma oa mat o yerc'hed
 
o ya sur 'me an  'ni gozh ya omp bras ha bihan
Tapit peb a gadoer  didostit deuz tal an tan

 

Tapit peb a gadoer  didostit deuz tal an tan
me zo vond da ober doc'h kollasion goude koan

 

Kollasion goude koan, me na  houllennan ket
Med kojeal gant ho merc'h Mari ma vez din permetet

 

(Salokras lar an ni gozh aet eo he da gousket
Hag e talfet laret de'i honnezh ne dihuno ket)

 

Me welas an hini gozh o tiwiskan  he botoù
Hag e lampas war ar bank war blantenn he loeroù

 

Savit c'hwi ma merc'h Marie, savet c'hwi alese
Da gonta gant daou zen yaouank zo arruet amañ

 

Salvhokras ta emezi, o me ne savan ket
(= 0 feiz nann 'vat emezi, na me ne savan ket)
Na d'ar c'houlz-man deuz an noz  da barlantin gant paotred

 

Ma ve'n bet tud a-feson, vel vanka dezhe laret
Oant ket er c'houlz-mañ deuz noz o c' haloupad ar merc'hed

 

Me welas an hini gozh o tapet ur penn treuzenn
Hag eneb hon santimant, 'nem lak a reomp  da c'hoarzin

 

Tevit tevit an hini gozh, tevit n'amballit ket
Kar ni nomp ket deuet aman wit bean bac'hatet

 

Digant neubeutoc'h a drouz ni retorno d'ar ger
memestra 'vouchimp d'ho merc'h pa vec'h 'n ho prasañ koler

Même si les couples de Kan ha diskan sont plutôt stables, il se trouve parfois qu'on ait l'occasion de chanter avec un nouveau compère/ commère. Ces paroles que tous les chanteurs de Kan ha diskan connaissent figurent dans la liste des standards qui permettent de chanter avec un nouveau compère sans avoir fait 50 répés avant.  L'histoire est simple et drôle. Ces deux gars sont amoureux et vont rendre visite à une belle. Si les deux coureurs de nuit sont de joyeux drilles, le personnage le plus drôle est celui de la vieille qu'on moque ici gentiment (moins gentiment dans d'autres chansons comme An hini goz). Elle ouvre la porte et malgré l'heure tardive, se comporte avec hospitalité. Jusqu'au moment ou sa fille  lui signifie qu'elle ne parlera pas aux garçons. La vielle sort alors un bâton (ou un trognon de chou ?) pour chasser les intrus qui doivent être de solides gaillards pas du tout impressionnés !

As I roved out

"And who are you me pretty fair maid and who are you me honey?
Who are you me pretty fair maid and who are you me honey?"
She answered me quite modestly, "I'm me mothers'darling"

Chorus:
With me toor ay ah faddle diddle da, diri fal dal diddle derrio.

"And will you come to me mother's house, when the moon is shining clearly?
Will you come to me mother's house, when the moon is shining clearly?
I'll open the door and I'll let you in and divil the one will hear us."

So I went to her house in the middle of the night when the moon was shining clearly.
Oh I went to her house in the middle of the night when the moon was shining clearly.
She opened the door and let me in and divil the one did her us.

She took me horse by the bridle and the bit and she led him to the stable.
Oh she took me horse by the bridle and the bit and she led him to the stable.
"And there's plenty of oats for the soldier's horse to eat them if he's able."

And she took me by the lily white hand and she led me to the table
She took me by the lily white hand and she led me to the table.
Saying,"There's plenty of wine for the soldier boy, so drink it if you're able"

Then I got up and I made the bed and I made it nice and easy.
Oh then I got up and I made the bed and I made it nice and easy.
I got up and I laid her down saying, "Lassie, are ye able?"

And there we lay till the break of the day and divil the one did hear us.
Oh and there we lay till the break of the day and divil the one did hear us.
Then I arose and put on me clothes saying,"Lassie, I must leave you."

"And when will you return again and when will we get married?
And when will you return again and when will we get married?"
"When broken shells make Christmas bells, we might well get married."

Chorus

Et qui es tu ma jolie demoiselle et qui es tu ma chérie ?
Elle me répondit assez modestement : Je suis la chérie de ma mère.

 

Refrain :
Avec mon toor ay ah faddle diddle da, diri fal dal diddle derrio


Et viendras-tu chez ma mère quand la lune brillera clairement ?
J'ouvrirai la porte et qui diable nous entendra ?
Alors je suis allé à sa maison au milieu de la nuit, quand la lune brillait clairement.
Elle ouvrit la porte et me laissa entrer qui diable nous entendit ?
Elle prit mon cheval par la bride et le mena à l'écurie. Et il y a plein d'avoine pour le cheval du soldat s'il peut le manger.
Et elle me prit par sa main blanche comme lys et me mena à la table. Disant : il y a plein de vin  pour le soldat alors bois le si tu peux.
Alors je me levai et fis mon lit et je le fis confortable.
Alors je me levai et je l'allongeai disant : Fille, es-tu capable ?
Et nous restâmes allongés jusqu'au point du jour et qui diable nous entendit ? Alors, je me suis levé je ma suis habillé disant : Fille, je dois te quitter.
Et quand reviendras-tu ? Quand nous marierons-nous ?
Quand les coquilles cassées feront des cloches de  Noël, il se pourrait qu'on se marie.

 

Bon, encore un salaud !

Bemdez, bemnoz.

Bemdez bemnoz bar' ma gwele ma unan
E-lec'h kousket me ne ran nemed gouelañ
E-lec'h kousket me ne ran nemed gouelañ
Pa teu da soñj din deus 'n hini garan ar muiañ

Bemdez bemnoz me c'ha da goad ar forest
En esperañs ewit gwelet ma mestrez
Ewit gwelet 'ne'i o tond da gerc'hat dour
Ewit kontañ de'i ma sekred ha ma amour

Pa meus gwelet barzh ar c'hoat ne n'arrie ket
War an delioù ma sekrejoù meus skrivet
War dister draoù, den yaouank, skrivez da sekrejoù
Na pa skrivez ne e-war delioù ar c'hoajoù

Me skrivo ne war vordig ar sabronnenn
E-lec'h biskoazh zo bet bod bran na strudenn

Ma skrivez 'ne war vordig ar sabronnenn
Pa n'arrio glav, awel hag an tourmant
Pa n'arrio glav, awel hag an tourmant
Da sekrejoù a bartio, den yaouank

Pa n'arrio glav, awel hag an tourmant
Da sekrejoù a bartio, den yaouank
gwelloc'h vije o skrivañ n'em c'halon
Eno chomfent, kloaregig, gravet don

Me c'haoi bremañ d'ar gouent da leanez
Ha c'hwi ma mignon, ha c'hwi c'hayo da golaj
Ha demp bremañ na da draoñienn ar Jordan
Eno zo dour da walc'hi ar bec'herien

bemdez bemnoz bar' ma gwele ma unan
e-lec'h kousket me ne ran nemed gouelañ
e-lec'h kousket me ne ran nemed gouelañ
pa teu da soñj din deus 'n hini garan ar muiañ

J'adore cette chanson. Une très belle chanson de clerc entendue  il ya quelques années dans la cuisine de Louizig Roué (Louise Le Gruiec) à Trédarzec. Une sacrée petite femme pleine d'humour  et d'espièglerie qui possédait un énorme répertoire de chants, de contes et autres rimanselloù.
Il y a 200 ans de cela, n'apprenaient à lire et écrire que les gens destinés à la prêtrise ou au secrétariat. D'où le nom de famille Cloarec, ou Leclerc.
Ici, le clerc est doublement enthousiaste. D'abord parcequ'il est amoureux et ensuite parcequ'il sait lire et écrire. Ainsi, fou amoureux de sa belle, il décide d'écrire son amour sur les feuilles des arbres puis sur le sable de la rivière. Elle lui dit que les feuilles s'envoleront au premier coup de vent et que l'eau de la prochaine tempête emportera ses mots, qu'il vaut mieux les écrire directement dans son cœur où ils resteront gravés pour toujours. C'est beau n'est-ce pas ?
Louizig ne m'avait pas chanté le 6ème couplet, je l'ai trouvé dans Luzel.

Kemenerien Pontivi

Tri  gemener eus Pontivi
Lip e lip e laer e
Kargañ raint o revrioù gê
Tri c’hemener eus Pondivi
A oa deuet du-mañ da c’hoari.
 
oant ket antreet mat en ti,
Lip e lip...
oant ket antreet mat en ti,
o deus goullet o dijuni.
 
Pep a greunenn, pep a vouchenn,
o deus debret ar gemenerien.
 
Ma lavare an ozhac’h d’ar wreg :
Ar re-mañ zo re ger o boued.
 
Ma lavare ar wreg bepred :
‘vit un devezh ne santfomp ket.
 
Pa oa sonet dek eur e Runan
oa lakaet ar yod war an tan.
 
Leizh ar gaoter vras betek ar grignenn
o deus debret ar gemenerien.
 
Ma lavare an ozhac’h d’ar wreg :
Ar re-mañ zo re ger o boued.
 
Ma lavare ar wreg bepred :
‘vit un devezh ne santfomp ket.

Pa oa sonet teir eur e Runan
oa lakaet ar gleurc’h war an tan.
 
Pep a grampouezhenn, pep a zousenn
o deus debret ar gemenerien.

Ma lavare an ozhac’h d’ar wreg :
Ar re-mañ zo re ger o boued.
 
Ma lavare ar wreg bepred :
‘vit un devezh ne santfomp ket.

Jadis on n'achetait pas ses vêtements, on les faisait confectionner sur mesures par des tailleurs qui venaient à la ferme et qui s'asseyaient, en tailleur... forcément, et se mettaient au travail. Les femmes les choyaient, les hommes s'en méfiaient. Elles voulaient que les habits soient les plus réussis et avaient accès aux nouvelles colportées par les travailleurs nomades. Les hommes regardaient de travers ceux qui ne travaillaient  pas au champ, des incapables? 10 kemener wit ober un den = 10 tailleurs pour faire un homme.  Ceux qui passaient la journée avec leur femme et leur fille. Ceux qu'il fallait nourrir. Ceux qu'il fallait payer une fois le travail terminé.

Cette chanson satirique se retrouve dans une bonne partie de la Bretagne bretonnante sur des airs variés. Dans la version de Luzel, les tailleurs viennent de Langoat, dans celle d'Henri Le Naou, ils viennent de Pontivy,... J'ai fait un petit mélange.

Pendant que les 3 tailleurs dévorent toutes les réserves de la maison, le mari veut les congédier, l'épouse supplie qu'ils restent un jour de plus! Dans une version plus longue le mari finit par les  payer pour qu'ils s'en aillent avant même d'avoir fini le travail.

On a fait en sorte que la chanson soit dansable en En Dro ou Kas a-barh.

Willy Taylor

1. Willy Taylor and his youthful lover
Full of mirth and loyalty
First day went to the church to be married
He was pressed and sent to sea

DALLY DIDDLE DUM
DIDDELY DUM   DUM DIDDLE'O
DALLY DIDDLE DUM
DIDDELY DUM   DUM DE


gwisket deus dilhad martolod
gant ur steredenn war he vronn
he vizied hir  a-feson
deus mastaret gant goudroñs

2. She dressed herself up like a sailor
On her breast she wore a star
Her beautiful fingers long and slender
She gave them all just a smear of tar

3. On this ship there being a skirmish
She being one amongst the rest
A silver button flew off her jacket
There appeared her snow white breast


Kabiten al lestr he c'houlennas
ansavit ta plac'hig yaouank
p'ra rit  amañ em batimant
deuet on da glask ma gallant

4. Says the captain to this fair maid
"What misfortune took you here?"
"I'm in search of my true lover
Whom you pressed on the other year"

5. "If you're in search of Willie Taylor
Willie Taylor is not here
he has found a fine young lady
worth 10 thousand pounds a year


Savit abred arc'hoazh a-beure
na kerkent a gouloù deiz
gwell 'rit ho Willy war vale
un intron gaer en e gostez

6. "Let you get up tomorrow morning
Early as the break of day
There you'll find your Willie Taylor
Walking along with his lady gay"

7. She rose early in the morning
Early as the break of day
There she spied her Willie Taylor
Walking along with his lady gay


Hag e tispakas div bistolenn
karget gant pep a volotenn
hag e tennas war Willy Taylor
gant e gwreg en e gichen


8. She got to her a brace of pistols
Which were both at her command
There she shot her Willie Taylor
With his bride at his right hand

9. When the captain came to hear
Of the deed that she had done
He made her a ship's commander
On a vessel for the Isle of Man.

C'est une chanson que j'ai apprise de Tony Mac Carthy, excellent musicien et chanteur du West Cork en Irlande. On avait travaillé sur un projet bilingue anglais breton. J'ai inséré les traductions des 4 couplets en Bzg. Une histoire pas morale du tout : Cette femme courageuse vient d'épouser Willy Taylor qui lui se fait aussitôt enrôler dans la Navy. Elle se déguise en homme et se fait aussi enrôler pour retrouver l'homme qu'elle aime (un peu comme dans la chanson de Marie-Louise). Sachant qu'à l'époque les femmes n'entaient pas dans l'armée. A l'occasion d'une rixe à bord, un bouton de sa vareuse saute et là apparaît sa belle poitrine blanche. Le commandant, qui est homme perspicace dit : « Mais dites-donc, vous êtes une femme vous ! » Elle lui explique sa quête. Il lui indique que Willy va se remarier demain avec une riche héritère. Le lendemain elle les guette et elle les flingue. Le commandant, au lieu de la mettre en prison lui offre le commandemant d'un navire à destination de l'île de Man. Pas moral.

Merc'hed Keriti

(Na) selaouit holl hag e klewfet

Ur son zo bet newez savet

Ur ur son zo bet newez savet

Da verc'hed Keriti 'c'h eo graet

 

Me a wel merc'hed Keriti

O tiskenn (gant) grav an abati

Gante a zo paneradoù

Krampouezh gwinizh, boutailhadoù

 

Kabitenn al lestr a lavare

Na d'e vartoloded neuze

- Lakomp ar vagig war an dour

M'efomp ganti da vord ar mor

 

M'efomp ganti da vord an aod

Daved ar merc'hed e c'oant paotr

(Ha) ma vije bolonte doue

E vije amñ Douar Newez

 

Ma vije bolonte ar werc'hez

Rajemp amañ hom feskerezh

Rajemp amañ hom feskerezh

(Nag) etre ar Yulc'h ha Molenez

 

(Nag) etre ar Yulc'h ha Molenez

E ti Jan Hamon ar salerezh

E ti Jan Hamon ar salerezh

E teufemp d'ho kwelout alies

 

Adeo Perroz ha Plaeraneg

Santez Barba, Beg an Dreinded

Adeo Penn Briad ewit mat,

Adeo ma dous, ec'h an d'ho kuitaad

 

Les filles de Kerity

 

Ecoutez tous et vous entendrez

Une chanson nouvellement composée

Sur les filles de Kerity

 

Je vois les filles de Kerity

Descendre la côte de l'abbaye

Avec des paniers pleins

de crêpes de froment, de bouteilles

 

Le capitaine du navire disait

Alors à ses matelots:

Mettons la chaloupe à l'eau

Nous irons avec elles au bord de la mer

 

Nous irons avec elles à la grève

Vers les filles en mal de garçons

Si telle était la volonté de Dieu

Terre Neuve serait ici

 

Si telle était la volonté de la Vierge

Nous ferions notre pêche ici

Entre le Yulc'h et Molène

 

Entre le Yulc'h et Molène

Chez Jeanne Hamon, la saleuse

Nous viendrions vous voir souvent

 

Adieu Perros et Ploubazlanec,

Sainte Barbe et la Pointe de la Trinité

Adieu la Pointe de Bréhat pour de bon

Adieu ma douce, je vais vous quitter

 

Ecoutez tous et vous entendrez

Une chanson nouvellement composée

Sur les filles de Kerity

Ce texte évoque la pêche à la morue, qui expédiait des flottilles de Goélettes (bateaux à voiles du Goëlo, pays de Paimpol) souvent chargées de jeunes gens de la campagne qui ne trouvaient pas de quoi survivre dans les fermes. Ils s'embarquaient en Février et revenaient au port de Paimpol en Septembre. Pour fin Octobre, les navires devaient être rentrés. Dans le cas contraire il y avait de grands risques que les matelots avaient perri noyés sur les bans de Terre Neuve où en Islande. Les femmes attendaient angoissées le retour des hommes. En Octobre, quand on disait qu'une voile avait croisé Bréhat, elles se hâtaient d'escalader la colline au dessus du port de Paimpol et guettaient le navire. De l'argent pour passer l'hiver ou grand malheur ? Souvent c'était la deuxième réponse. Et on ajoutait une plaque au mur du cimetière de Ploubazlanec avec le nom du bateau et le nombre de pêcheurs noyés, rarement leur noms. La pêche leur volait leur jeunesse, les armateurs leur force, la mer leur corps. Humiliation ultime, on ne mentionne pas leurs noms sur les plaques. La colline s'appelle la Croix des Veuves.

La superbe mélodie de cette chanson est de Philippe Ribaut qui m'a autorisé à l'enregistrer. Mersi dit, Fulub!

J'adore aussi cette chanson pour la vie qu'elle transporte et l'hommage qu'elle rend aux sacrifiés de la mer.

 

Pour en savoir plus sur la pêche:

les deux campagnes de la pêche en Islande

Bateaux de grande pêche à Islande et Terre-Neuve

Braw burn the bridges

Bide a wee ye bonnie hours o’sweet yestreen

Restez un peu, vous, heures de bonheur d’hier

Haud’awa the thocht that e’er I will forget

Ecartez l’idée que je ne pourrai les oublier

Lang the wimpling wey unrowes afore my een ?

Long est le chemin sinueux qui se déroule sous mes yeux

And the mindin’ will be sweeter yet

Et le souvenir en sera encore plus doux

 

Aye the road was haudin’ frae the lass that I will aye remember

Souvent la route me détournait de la fille dont je me souviendrai toujours

Braw burn the bridges far behind me in the rain

Bien brûlent les pont loin derrière moi sous la pluie

The leaves were changin’ tae the colours o’the glowing embers

Les feuilles prenaient les couleurs des braises

My heart lay waiting for the spring tae come again

Mon coeur continue d’attendre que le printemps revienne. Encore.

 

hae we rin the gless or daur, we dream of mare ?

avons nous écoulé le sablier ou oserons rêvé de plus ?

while as surely as the river meets the sea

aussi sûr que la rivière rencontre la mer

when the eastlin’s wind has blawn the forest bare

quand le vent d’Est aura dénué la forêt

will the pertin’a the wider be

plus dur sera la séparation (plus grande sera la distance (temps)qui nous sépare)

 

could I leeze me on your lousome face again

béni soit ton visage adoré

gin the traivel’s turn should bring me tae your side

si le chemin du voyage me ramenait à tes côtés

fain would I nae longer steek my heart wi’ pain

avec plaisir je ne me ferai plus souffrir mon coeur

or lay curse upon the ocean wide

ni maudire l’océan immense

 

Roy Gullane

Tannahill weavers

 

Traduction Jamie Mc Menemy.

Notes de traduction :

Traduction très très sommaire. En gros c’est la séparation, le départ. Les  « bridges » sont peut-être des liens, des passerelles qui se détruisent au fur et à mesure qu’il parle aussi des saisons, le passage du temps.

 

Contact :

YOUHADENN

contact@youhadenn.com
06 13 64 38 51

Crédits Photos :

Alan Besco ,

Youenna Besco,

Maria Menguy,

Danièle Le Gall,

Alain Epaillard.